Galerie   Recrutement Contact
Notre histoire Notre équipe Notre savoir-faire Nos actualités Rejoignez-nous Nous contacter
Charte qualité Sécurité Vélux®
Tuiles Ardoises Bacs acier Zinc Autres Demande de devis
Location Demande de devis
Accueil > Lexique
Tél. 05 49 17 10 54

A

Abergement

Ensemble des ouvrages assurant l'étanchéité entre la couverture et une pénétration : souche de cheminée, lucarne, châssis. On dit aussi hébergement.

About

En terre cuite généralement, posé au départ des tuiles de rive sur chevron, et masquant les talons de gouttières. Également sur départ d'arêtier et faîtage.

Abside

Comble en demi-cercle, généralement situé sur des églises, ou chapelles, souvent couvertes en ardoises ou tuiles plates. Également à pans.

Agrafure

Assemblage de deux feuilles de métal, composée de deux pinces, l'une dite "femelle" repliée par-dessus, et l'autre dite "mâle" repliée par-dessous.

Ardoises

Schiste ardoisier, extrait du sous-sol, possédant de nombreuses qualités.

Arêtier

Ligne saillante rampante formée par la rencontre de deux versants de toiture en angle sortant.

B

Bague

Soudée aux endroits prévus des colliers de fixations des tuyaux de descente.

Bande d'agrafe

Bande de métal fixée par clou ou vis, dans laquelle on vient s'emboiter l'ourlet d'un revêtement d'entablement. Comportant un biseau de rigidité à l'avant ou un ourlet pour plomb sur balcon.

Bande d'égout

Élément métallique trapézoïdal (dite en queue de billard) posée à la ligne d'égout sur les gouttières, assurant la continuité des eaux des pluies du versant.

Bande à rabattre

Élément façonné en métal, ayant de multiples utilisation, ex,: étanchéités sur jouées des lucarnes, sur jets d'eaux de fenêtres.

Bande de doublis

Élément façonné en métal, constitué d'une partie plane et d'un ourlet assurant l'habillage du support et l'étanchéité sous une goutttière nantaise.

Bande de rive

Élément façonné en métal, assurant la finition et l'étanchéité extérieur des chevrons de rives.

Bande porte-solin

Élément façonné en métal, soit à pince ou à ourlet, servant à raccorder les différents parties de couverture en pénétration: souches de cheminée, murs, etc. Étanchéité par solin mortier.

Bardeau

Panneau léger composé d’un matériau d’armature (feutre de fibres, treillis d’amiante, voile de verre), imprégné et surfacé de bitume, et recouvert de fins granulats naturels ou teintés.

Bas de pente

Situé à la partie la plus basse d'un conduit d'eaux pluviales.

Bavette

Élément façonné en métal, recouvrant le dessus des bandeaux de fenêtres. Se dit aussi pour un devant de "costière", devant de "souche", devant de "outeau".

Becquet

Pièce en métal de petite dimension, rapportée et soudée sur retour de revêtement d'entablement ou pied de noue sur lucarne.

Brisis

Partie de couverture inférieure d'un comble à la Mansart.

C

Calotin

Clous à bois, recouvert d'un calotte circulaire en métal.

Canal

Nommée également "canali" ou "tige de botte", type de tuile surtout posée dans le midi et l'est de la France.

Capillarité

Phénomène naturel par lequel un liquide remonte entre deux parois plus ou moins rapprochées. Phénomène accentué selon la pente et les vents.

Chaume

Tiges de graminées (surtout de seigle), de genêts ou de roseaux utilisées autrefois comme matériau de couverture des chaumières, surtout en Bretagne, Normandie, Charentes et Camargue, ainsi qu’en Auvergne et dans le Dauphiné. Le chaume est un assez bon isolant thermique, mais son emploi est devenu rare, d’une part à cause de sa sensibilité au feu (aujourd’hui réduite par des produits d’ignifugation), d’autre part à cause du coût de sa mise en œuvre, qui relève d’une main d’œuvre spécialisée.

Châssis

Cadre rectangulaire mobile, ou parfois fixe, vitré ou non, qui compose le vantail d’une croisée, d’une porte, d’une trappe, etc. Selon son mode de rotation, un châssis mobile est dit basculant, pivotant, à projection ou coulissant.

Chatière

En métal ou terre cuite, servant pour l'aération des combles.

Chemise

La chemise de garantie est une bavette de protection disposée sous le nez d’un tasseau.

Chéneaux

Canal situé à la base des combles, en égout, en encaissement ou à la jonction de deux versants, pour recueillir l’eau de pluie et la diriger vers un tuyau de descente.

Chevêtre

Assemblage de chevrons au pourtour d'une souche de cheminée, ou d'un châssis.

Chien assis

Type de lucarne dont la pente est inversée à celle du versant où elle se trouve placée.

Cimblot

Système qui permet de tracer les pureaux d'une abside, d'une tourelle, d'un dôme. Clou au sommet sur lequel on positionne un moyen de traçage.

Claire-voie

Type de couverture en ardoises employé sur bardage ou bâtiment industriel.

Closoir

Élément préfabriqué d’obturation et de compensation des reliefs ou des ondes d’une couverture, à ses extrémités haute et basse, formant liaison avec des éléments de relief distinct tels que les faîtages ou l'égout.

Col-de-cygne

Situé en raccordement du moignon, composé de deux coudes et d'une longueur de tuyau permettant la jonction aux tuyaux de descente.

Collerette

Pièce métallique de forme trapézoïdale soudée sur le pourtour d'un tuyaux de ventilation.

Collier

Accessoire articulé servant à la fixation des tuyaux de descente (collier à scellement, à pointe ou à vis).

Comble

Partie supérieur d'un bâtiment, comprenant l'ensemble de la charpente et la couverture.

Contre-latte (liteau)

Liteau cloué sur les chevrons pour surélever le liteaunage lorsque cela est nécessaire à la ventilation (aussi contre-liteau).

Corniche

Cadre en bois, destiné à surélever et recevoir un châssis ou verrière pour en assurer le raccordement.

Coude

Accessoire de tuyaux de descente pour le raccordement des angles.

Coulisseau

Pièce façonnée métallique, repliée sur ses deux côtés, pour joindre bord à bord deux feuilles de zinc et assurant l'étanchéité entre elles.

Couloir

Élément façonné en métal, assurant l'évacuation des eaux le long d'une rencontre entre la toiture et un pignon, sur une rive biaise ou une noue etc.

Couvertine

Élément de protection et d'étanchéité de la partie supérieure d'un muret ou d'un acrotère. Elle peut être en zinc, en cuivre, en acier laqué,  en aluminium ou en plomb.

Couvre-joint

Profilé métallique en tôle pliée suivant un profil de trapèze, pour être fixé en recouvrement d’un tasseau de faîtage ou d’arêtier, ou sur un acrotère.

Coyau

Pièce de bois en sifflet rapportée sur la partie inférieure d’un chevron, pour le prolonger et/ou pour donner à la partie inférieure d’un pan de toiture une moindre inclinaison.

Crapaudine

Différentes formes, se pose sur la naissance, évitant ainsi aux feuilles mortes d'engorger les tuyaux de descente.

Crochet

Support pour gouttières ou chéneaux. A pointe ou agrafe pour la pose d'ardoises.

Croupe

Partie triangulaire d'une couverture, bordée par une ligne d'égout et deux arêtiers.

Cuivre

Métal de couleur rougeâtre ou rouge, devenant marron ou vert de gris avec l’âge, en couverture pour sa résistance à l’oxydation et sa souplesse. Plus cher que le zinc il est aussi plus résistant. En zinguerie on évite le contact direct entre zinc et cuivre ou la présence de cuivre au dessus de zinc.

Cuvette

De différentes formes, elles se placent au sommet d'une descente d'eaux pluviales et reçoivent le moignon.

D

Dallot zinc

Voir à Couloir.

Dauphin

Généralement en fonte, placé au pied des descentes. Utilisé pour éviter l'écrasement éventuel des tuyaux de descente.

Déchange

Utilisé sur tourelle, absides, dômes, lorsque les ardoises deviennent étroites en largeur, on réalise un déchange, qui consiste à reposer des ardoises plus larges au-dessus, de façon à assurer l'étanchéité.

Découverture

Signifie la dépose partielle ou totale des matériaux de couverture, en vue de sa réfection, rénovation, surélévation.

Délardement

Sur travaux de réfection en particulier, consiste à enlever de l'épaisseur sur le bois de façon à établir une surface plane longitudinale.

Demie

Consiste à couper sur le sens de la longueur une ardoise ou une tuile plate en deux parties égales.

Départ

Se dit lorsque débute une couverture, départ à l'égout, ou départ d'une noue, etc.

Derrière

De souche de cheminée en métal, assurant l'étanchéité en renvoyant l'eau de chaque côté.

Descente

D'eaux pluviales, éléments cylindriques ou carrés, en métal ou PVC, permettant de recueillir les eaux de la naissance et de les évacuer vers le caniveau ou les égouts.

Devant de socle

Appelé aussi devant de chéneau, c'est une armature métallique posée à l'aplomb de la planche de socle d'un chéneau, comportant une main courante incorporée ou indépendante.

Développement

Calcul par exemple du développé d'un chéneau, d'une feuille de métal, tracés multiples faisant appel aux connaissances mathématiques et géométriques pour réaliser de nombreux travaux des métaux.

Dilatation

Phénomène naturel lié à la chaleur qui se traduit par l'allongement des métaux, le froid provoque le retrait.

Dormant

Partie fixe des châssis, fixé par pattes, nécessite l'exécution d'un chevêtre au préalable.

Doublis

Utilisation pour couverture en ardoises ou tuiles plates, désigne le doublement du premier rang d’ardoises formant l’égout. C’est l’équivalent du battellement des couvertures en tuile plate.

E

Écaille

Désigne tout matériau de couverture dont la base présente une découpe arrondie : ardoise, élément en tôle de zinc, bardeau d’asphalte ou de bois, tuile plate, etc.

Écran de sous-toiture

Généralement en fonte, placé au pied des descentes. Utilisé pour éviter l'écrasement éventuel des tuyaux de descente.

Égout

Partie inférieure, parfois retroussée, du versant d’un toit.

Embarrure

Garnissage au mortier entre les tuiles de couverture et les tuiles faîtières, et de jointoiement entre ces dernières.

Emboitement

Principe de couverture où l'étanchéité est obtenue par encastrement de certaines parties des éléments entre elles (ex. : couverture en tuiles à emboîtement). Tuile à emboîtement. Tuile qui assure l'étanchéité par emboîtement. Partie d'une tuile à emboîtement formée de creux et de reliefs déterminant des petits canaux sur deux côtés de la tuile.

Engravure

Petite saignée dans un mur pour encastrer le bord d’une bande ou d’une bavette d’étanchéité.

Entablement

Revêtement métallique d'une corniche, assurant l'étanchéité du dessus contre les intempéries.

Épaulement

Consiste à couper les angles de tête de l'ardoise, de façon que celle-ci colle sur le lattis.

Épi

Se dit aussi "poinçon", pièce décorative, posée au bout d'une tourelle, au bout du faîtage, etc. Existe en terre cuite ou en métal.

Étamage

Nettoyage du fer à souder, puis étamage sur un pain de sel d'ammoniaque. Se dit aussi lors de l'assemblage de pièces métalliques devant être soudés, l'étamage avec la soudure permet un accrochage plus aisé de la charge pour le soudage.

F

Faîtage

Ligne la plus haute d'un toit déterminée par la rencontre de deux versants.

Faîteau

Ornement décoratif en poterie ou en métal rapporté sur le faîtage d’une toiture, ou élément de faîtage comportant des ornements.

Faîtière

Élément en terre cuite assurant l’étanchéité au faîtage, semi-cylindriques, tronconiques ou angulaires, et peuvent être à recouvrement par glissement ou par emboîtement. Dans la pose à sec, elle assure également une excellente ventilation.

Fonçure

Forme de pente donné a un coffret en bois pour la réalisation d'un chéneau.

Fronton

Pièce en terre cuite, fixée par vis en tête de deux rives à la rencontre du faîtage.

G

Galerie

Décoration du couronnement du faîtage.

Génoise

Frise de tuiles rondes (tuiles romaines, tuiles-canal) maçonnées en surplomb sur plusieurs rangs pour former la corniche des constructions, surtout dans le Sud de la France.

Gironnage

Principe de couverture où toutes les liaisons latérales entre les tuiles ou ardoises convergent en un même point.

Gouttière

Ouvrage, en métal ou matière plastique, de récolte des eaux pluviales à l'égout d'un toit. La gouttière est dite pendante lorsqu'elle est suspendue aux chevrons par des crochets ; elle est dite sur rampant (gouttière havraise, nantaise, Laval, ardennaise), lorsqu'elle prend directement appui sur les chevrons ou le support de couverture ; elle est dite à l'anglaise lorsqu'elle repose sur un entablement.

H

Haut de pente

Endroit situé au plus haut sur une gouttière ou chéneau par rapport au sens d'écoulement.

Hors d'eau

Se dit d'un chantier sur lequel les matériaux sont posés, l'ensemble étant couvert.

I

Inclinaison

Angle que forme un versant par rapport à une ligne horizontale quelconque prise en référence et dite ligne de niveau. On dit aussi pente.

J

Joint debout

Système de couverture métallique, qui consiste à assembler les feuilles entre elles à l'aide d'un double pliage des reliefs latéraux.

Jouée

Partie verticale latérale et triangulaire comprise entre la toiture d'une lucarne et le toit, au milieu duquel elle se détache.

L

Lambrequin

Garniture plus ou moins moulurée, placée en dessous de la ligne d'égout ou sur les rives, en métal ou en bois.

Lanterne

Elément en terre cuite posé sur une tuile à douille, permettant le passage d'une gaine de ventilation.

Lanterneau

Système de châssis sur costière, surélevée par rapport à la toiture avec ou sans ouverture possible, il permet d'aérer une pièce ne possédant pas de fenêtre, et d'y faire entrer un maximum de lumière naturelle grâce à une vitre, souvent bombée. Un lanterneau ouvrant peut également servir à l'évacuation de la fumée, voire à accéder rapidement à la toiture en cas de besoin.

Larmier

Partie inférieure d’une bavette ou de toute pièce d’étanchéité en recouvrement vertical, pincée pour éviter le ruissellement direct des eaux sur la partie verticale sous-jacente.

Lattis

Se dit pour désigner l'ensemble, soit la pose de volige, chanlatte, liteau, etc.

Lauze

Pierre plate de schiste, de calcaire, de basalte ou de gneiss. Plus ou moins apparenté avec l'ardoise, irrégulière en format et en épaisseur.

Liaison

Formée par l'accolement de deux ardoises ou tuile plates.

Liteau

Latte étroite, tasseau de bois de section carrée (env. 25 x 25 mm) ou rectangulaire (18 x 35 à 30 x 40 mm). Les liteaux servent à accrocher les tuiles et les ardoises ; ils sont cloués en lattis horizontal, en liaisonnement sur les chevrons ou les contre-liteaux, avec un espacement constant égal au pureau des tuiles ou des ardoises. Les liteaux doivent être préalablement traités pour leur conservation, comme les bois de charpente.

Liteaunage

Mise en place des liteaux, ou ensemble des liteaux d'une couverture.

Lucarne

Ouverture ménagée dans un pan de toiture pour donner du jour et de l'air aux locaux sous combles. La lucarne se différencie des châssis de toit par le fait que sa baie est verticale, et qu'elle est abritée par un ouvrage de charpente et de couverture. La lucarne se compose d'une devanture (sa façade), encadrée par deux jambes ou jambages et un linteau, de deux jouées (faces latérales) et d'une couverture qui peut être à une, deux ou trois pentes.

M

Main courante

Garniture métallique, placée au dessus du devant de socle d'un chéneau.

Membron

Situé au dessus d'un brisis, ouvrage métallique moulurée ou non, qui sert d'ourlet à la toiture, relie de manière étanche les deux pans du toit et protège des ruissellements de pluie et des inondations.

Mitre

Poterie en terre cuite, ayant la forme de tronc de cône, scellée sur le couronnement d'une cheminée, destinée à l'évacuation des fumées, recouvert d'un chapeau évitant à la pluie de tomber dans le conduit.

Moignon

Nommé aussi "naissance", placé en bas de pente des conduits d'évacuation d'eaux pluviales, il permet l'évacuation des eaux dans les tuyaux de descente.

Mortier

Constitué de sable et d’un mélange de chaux et de ciment : pour être à la fois étanche et souple.

N

Naissance

Nommée aussi "moignon", placée en bas de pente des conduits d'évacuation d'eaux pluviales, elle permet l'évacuation des eaux dans les tuyaux de descente.

Noquet

Bande métallique souple formée le plus souvent en tôle, en zinc ou encore en plomb et disposée dans les angles des couvertures en tuile ou en ardoise.

Noue

Arête rentrante formée par la rencontre des versants de deux toits.

O

Œil-de-bœuf

Ouvrage en métal, plus ou moins mouluré, rond ou ovale, posé sur brisis, servant de moyen d'éclairage et de ventilation.

Ourlet

Façon de bordure de feuille de plomb ou de zinc, roulée en baguette arrondie sur toute sa longueur pour lui conférer une rigidité, on distingue l’ourlet simple et l’ourlet rechassé. Désigne aussi le rebord roulé d’une gouttière en zinc.

Outeau

Petite lucarne destinée à la ventilation, il concerne surtout les couvertures en ardoise et nécessite un ouvrage de charpente (contrairement aux chatières). L’outeau plat -ou rectangulaire- comporte une petite charpente de lucarne rampante, recouverte d’ardoises ainsi que ses jouées. Plus fréquent, l’outeau triangulaire est une petite lucarne à deux versants ; l’outeau chapeau-de-gendarme a une ligne de faîte et des pénétrations latérales incurvées.

P

Pan

Terme utilisé pour désigner un versant de toit.

Patte

Petit accessoire plat de fixation d’une pièce quelconque contre une paroi. En couverture, les pattes sont les organes essentiels de fixation des couvertures en feuilles métalliques.

Pavillon

Toit formé par quatre croupes, se réunissant au sommet.

Pénétration

Ensemble des éléments traversant une couverture, exemple : lucarne, souche, ventilation…

Pente

Déclivité d'un pan de toiture, d'une gouttière, etc. En principe, la pente est exprimée par la dénivelée (différence de hauteur) rapportée à l'unité de longueur horizontale (par ex. 35 cm par mètre), ou par leur rapport en pourcentage (pente de 35%).

Pignon

Mur d'extrémité d'une construction, donnant au sommet la pente du comble.

Plan carré

Partie d'un versant qui ne comporte aucun ouvrage de coupe ou en pénétration.

Plomb

Le plomb est un métal gris bleuâtre, employé sous forme de planche ou table, blanchissant lentement en s'oxydant, malléable, il est l'un des métaux les plus anciennement connus et travaillés.

Pose-à-sec

Technique évitant tous scellements au mortier sur les lignes de couverture. Particulièrement rapide et durable, elle permet en outre une excellente ventilation.

Pureau

Partie d’un matériau de couverture (ardoise, tuile) qui reste visible, non recouverte par les éléments du rang supérieur. Longueur correspondante, mesurée dans le sens de la plus grande pente. Cette dimension correspond à l’espacement des liteaux ou des lattes. C’est la moitié de la différence entre la longueur de la tuile ou de l’ardoise et la longueur de recouvrement nécessaire pour assurer l’étanchéité des joints latéraux entre éléments. Le faux-pureau, de longueur égale à celle du pureau, correspond à la partie recouverte par une seule épaisseur d’ardoise ou de tuile, entre pureau et recouvrement.

R

Rampant

Toute surface de construction qui n’est pas horizontale. Pour un toit on dit plus généralement versant, qui désigne la surface de la toiture limitée par au moins trois côtés.

Recouvrement

Principe essentiel des techniques de couverture consistant à superposer entre eux des éléments pour assurer l’étanchéité. Il est toujours longitudinal.

Remaniage

Se dit aussi "remaniement", consiste déposer puis reposer un matériau de couverture pour nettoyage, réfection du support ou pose d’un écran. Le terme sous-entend que les matériaux déposés sont ensuite remis en œuvre sur le nouveau support, et non remplacés par des éléments neufs.

Retour

Exemple sur gouttière, se dit "retour d'équerre" ou "retour d'angle", partie d’ouvrage continuant après un angle saillant ou rentrant.

Rive

Extrémité latérale d'un versant.

Rive biaise

Extrémité latérale d'un versant, rentrante à l'intérieur ou sortante à l'extérieur d'un faîtage.

Rive contre mur

Extrémité latérale d'un versant se trouvant contre un mur, composée d'un couloir en zinc, d'une bande porte solin et d'un solin au mortier.

Rive de tête

Extrémité située en ligne de faîtage d'un versant, sur un "appentis" par exemple.

S

Sauton

Ardoise souvent de petite largeur, ne portant pas de liaison en dessous, ni au-dessus. Risque de fuite par "capillarité latérale", le sauton est quasiment reconnu comme étant une "erreur professionnelle".

Shingle

Nom anglais du bardeau bitumé, ou bardeau d’asphalte (Voir à Bardeau).

Solin

Garnissage en mortier assurant l'étanchéité entre la couverture et un ouvrage de maçonnerie en pénétration. Le solin s'effectue soit directement sur le matériau de couverture, soit plus normalement sur une bande métallique appelée bande porte solin.

Souche

Partie du corps d'une cheminée qui s'élève au-dessus du toit.

Support

Ensemble des éléments sur lesquels repose directement le matériau de couverture. Le support peut être constitué soit de lattes, de liteaux, de voliges, soit de panneaux de contreplaqué ou de particules.

T

Talon

Petite pièce de métal soudée à chaque extrémité d'une gouttière.

Tasseau

Système de couverture métallique, qui consiste à assembler les feuilles entre elles à l'aide de tasseaux en bois de forme trapézoïdale et de couvre-joints. Les tasseaux sont synonymes de liteaux pour les autres types de couverture (tuile, ardoise...).

Terrasson

Dans un comble à la Mansart, le terrasson est le pan supérieur, entre la ligne de bris et le faîtage.

Tige-de-botte

Terme désignant la tuile canal.

Tranchis

Coupe droite ou biaise d’une ardoise ou d’une tuile, à placer le long d’une rive, d’un arêtier, d'un faitage ou d’une noue.

Travée

Partie comprise entre deux tasseaux sur une couverture métallique, ou entre deux joints debout.

Trop-plein

Nommé aussi "dégorgeoir", consiste à faire une ouverture au-dessus du moignon d'une gouttière de façon qu'en cas d'obstruction l'eau puisse s'évacuer.

Tuile

Matériau de couverture en terre cuite, le plus ancien façonné par l’homme.

Tuyau de descente

Terme désignant la tuile canal.

U

Usage

Les usages désignent, de façon générique, l’ensemble des ouvrages accessoires et finitions : faîtages, arêtiers, ruellées, solins, etc.

V

Versant

Partie d'un toit généralement de surface plane triangulaire, carrée, rectangulaire, trapézoïdale, limitée au minimum sur trois cotés, souvent quatre et parfois davantage, par une ou plusieurs lignes de couverture : égout, rive latérale, rive de tête, faîtage, arêtier, noue. Le nombre de versants définit différentes formes de toits : toit à un, deux, trois, quatre versants, etc.

Volige

Planche légère de sapin ou de peuplier, d’environ 1,2, 1,8 ou 2,6 cm d’épaisseur et de 10,5 cm de largeur, utilisée en couverture pour composer des platelages jointifs : les voliges, clouées horizontalement sur les chevrons, servent à fixer les couvertures en ardoise, bardeaux, feuilles métalliques, etc.

Voligeage

Ensemble des voliges qui composent un platelage destiné à recevoir un matériau de couverture.

Z

Zinc

Le zinc est un métal de couleur bleu-gris, utilisé sous forme de feuille, ou divers façonnés.

Location d'échafaudages Spécialiste des couvertures Demande de devis
Nous situer Mentions légales Plan du site Contact Facebook